mercredi, avril 25, 2007

Darfour: Signez la pétition

Je viens de signer l'EUROPETITION D'URGENCE aux chefs de gouvernements et aux institutions de l’Union européenne pour l’envoi immédiat d’une force de protection internationale au Darfour.

Je vous invite à faire de même.

Je ne sais pas à quoi cela peut bien servir de signer cette pétition. Je ne sais pas si un jour, nous arriverons à être assez conscients de la souffrance de l'autre. Je ne sais pas si nous comprendrons que l'éloignenement est une donnée discutable. Je ne sais pas si nous comprendrons que l'autre, ça peut aussi être nous.

Vu que je ne sais rien de tout ça, je signe, et j'espère.

mardi, avril 24, 2007

Droite / Gauche: Pour décider, oui; Pour le clan, Non

L'interview de Daniel Cohn-Bendit ce matin sur inter est à mes yeux une interview capitale. Écoutez donc Dany nous donner sa vision, très parlementaire, de l'avenir de notre démocratie.

Sa lecture, "vue d'Allemagne", de la démocratie parlementaire, de la tradition du compromis, vaut le détour.

Surtout, l'idée que l'on n'est pas de gauche ou de droite en se levant le matin est très marquante. C'est bien face à chaque décision que se constitue les positionnements de chacun. Les alliances entre les groupes se font selon le cas présenté. La division se fait sur la décision à prendre, par sur une division sacrée.

Droite / Gauche: oui ! Mais à chaque le découpage dépend d'abord du sujet, pas du clan.

lundi, avril 23, 2007

Résultats du FN: Je n'arrive pas à m'en réjouir!

Mon combat a toujours été de lutter contre les idées racistes, et donc le Front National.

Aujourd’hui, suite aux résultats de l’élection présidentielle, j’ai un goût amer dans la bouche.

Je suis, entre autres, en absolu désaccord avec Jean-Marie Colombani qui se réjouit aujourd'hui, en éditorial du Monde, de l'éviction des extrêmes du 2eme tour de la présidentielle.

Evidemment, je suis heureux que ce personnage que j'abhorre ait pris une pareille claque.

Malheureusement, je sens bien que l'essentiel est resté là, en plus installé peut-être.

L'ennemi, si il y en a un, ce n'est pas Jean Marie Le Pen, ce sont ses idées.
Le péril, ce n'est pas le Front National, c’est le réflexe du bouc émissaire, et la désignation de l’étranger comme coupable.
L'insupportable, ce n'est pas qu’un raciste soit au second tour, c’est que le racisme soit au second tour.
Ce qui fait peur, ce n’est pas que les électeurs votent pour Jean Marie Le Pen. Non, ce qui me fait peur, c’est que les électeurs votent pour un motif raciste, xénophobe.

Il me semble, que le premier tour que nous venons de vivre révèle, toujours et encore, qu’une partie importante des électeurs ont fait leur choix, selon un raisonnement raciste et xénophobe. Et ça, ça n’a pas changé d’un pouce depuis 2002.

Donc non, aujourd'hui, je ne me réjouis pas.

vendredi, avril 20, 2007

Il reste quelques heures... et mon choix n'est pas fait: la preuve !


Je ne sais pas dutout pour qui je voterais ce premier tour.
Voila que le test du monde vient ajouter à mon trouble.
Comment ce test peut il me mettre entre sarko, buffet, et voynet ? C'est ouf !

N'oubliez pas le principal: Votez !

Antisémitisme: L'Analyse des navigations Web révèle les intentions de l'internaute

Je vous invite à consulter ce message bloggé par des animateurs de la radio judaïque FM.
On se rend compte à quel point les outils d'analyse des flux peuvent révéler les intentions des internautes.

Vous serez sans doute accrochés par cet extrait:
"
Tantôt, on « judaïse » stupidement des vedettes, tantôt on veut chercher « qui est juif », dans la grande tradition du brûlot antisémite « Je suis partout » des années trente :
- recherche : « les juifs du show biz », visiteur de pays inconnu, 3 septembre 2006, 4h11.
- recherche : « yves bigot sioniste juif », visiteur de Rhones Alpes, 23 octobre 2006, 12h39.
- recherche : « thierry ardisson juif », visiteur du Maroc, 30 août 2006, 19h47.
- recherche : « morandini juif », visiteur d’Arras, 31 août 2006, 11h20
"

L'antismétisme a la peau dure. Les outils de suivi de l'internaute, à la moralité discutable, ne font que le réveler, de manière stupéfiante.

lundi, avril 16, 2007

Google - Espace & Contenu - A la poursuite de l'empire !

La stratégie de Google se confirme donc. (Lisez cela de toute urgence)

J'ai dajà beaucoup écrit sur Google, et surtout sur ce que les IT posaient comme question à la relation espace & contenu.

Mais cet événement est particulièrement intéressant. C'est une prise de position claire de Google dans le monde de l'achat d'espace, à l'ancienne.

Effectivement, malgré tout ce que l'on peut trouver de nouveau, Google n'est que le MétroBus du Web, avec une invention Géniale: AdSense. AdSense qui permet de rémunérer n'importe quel intervenant, pour l'espace publicitaire qu'il crée, quel que soit sa fréquentation.

mercredi, avril 11, 2007

Noël Forgeard: En penser autre chose que de la colère ?


La Tribune.fr - 11/04/07 à 11:40

Polémique de plus en plus vive autour des indemnités de Noël Forgeard


Plus de 8 millions d'euros d'indemnités ont été versés à l'ancien co-président d'EADS lors de sa démission en 2006. Des sommes jugées "scandaleuses" et "injustifiées" par les syndicats et de nombreux candidats à l'élection présidentielle. Ségolène Royal demande l'annulation du plan de restructuration d'Airbus
.

Polémique après l'annonce mardi du montant des indemnités de départ accordées à l'ancien co-président d'EADS, Noël Forgeard, pour plus de 8 millions d'euros. Alors que le groupe européen d'aéronautique s'apprête à lancer son plan de restructuration Power 8 qui prévoit la suppression de 10.000 emplois en Europe, le "parachute doré" dont a bénéficié l'ex-patron suscite ce mercredi des réactions indignées de la part des syndicats et de certains candidats à l'élection présidentielle.

Dans un document adressé mardi aux actionnaires par le conseil d'EADS en vue de l'Assemblée Générale du 4 mai, il est précisé que l'ancien président d'Airbus a perçu lors de son départ en juillet 2006 six mois de préavis, soit 1.223.317 euros et des indemnités de départ de 4.893.268 euros. A ces sommes s'ajoute, depuis le début de l'année, une indemnité de non-concurrence de deux ans qui représente un montant brut mensuel de 101.917 euros, soit un total de 2.444.008 euros.

Des sommes d'autant moins bien acceptées que Noël Forgeard avait dû démissionner un an après sa prise de fonction en raison des retards dans la livraison de l'Airbus A380. L'ancien dirigeant est aussi au coeur d'un scandale né de l'exercice de ses stocks options peu avant l'annonce des retards. Cette opération lui avait rapporté une plus-value de quelque 2,5 millions d'euros.

Au sein du groupe européen, les réactions sont vives. Les principaux syndicats d'Airbus estiment "scandaleux" et "choquant" le montant des indemnités versées à Noël Forgeard, alors même que les salariés de l'entreprise doivent affronter des suppressions de postes. "Alors qu'on fait un plan de restructuration, les actionnaires ont accepté les conditions négociées par Forgeard. J'ai du mal à comprendre que d'un côté on parle d'économies et que de l'autre côté on accepte ses conditions", a ainsi déclaré mercredi à l'AFP Jean-François Knepper, délégué syndical FO et vice-président du comité européen d'Airbus.

A moins de quinze jours de l'élection présidentielle, la polémique est également reprise par certains candidats à l'Elysée. Ségolène Royal a dénoncé ce mercredi un "scandale" et une "provocation", demandant "aux dirigeants d'Airbus de retirer la totalité du plan" Power 8 pour mettre à plat "la façon dont sont justifiées les suppressions d'emplois." La candidate socialiste à l'élection présidentielle a promis, si elle était élue, que "l'Etat mettra en place de vraies politiques industrielles et ne tolèrera pas que des dirigeants qui ont échoué partent avec la caisse tandis que des salariés, eux, paient les pots cassés".

Le candidat à la présidentielle de Chasse Pêche Nature et Tradition, Frédéric Nihous, a pour sa part jugé sur France Inter "particulièrement choquant" le montant des indemnités versées à Noël Forgeard, dénonçant des "grosses primes qui ne se justifient pas du tout".

Ces réactions font suite à celle de Marie-George Buffet, candidate PCF à l'Elysée, qui a fustigé mardi dans un communiqué la "prime au mauvais patron", se demandant "comment une société peut accorder une telle prime à un patron dont tout le monde s'accorde sur la désastreuse gestion, alors que dans le même temps, les salariés qui ont créé les richesses se voient contraints à un plan social".

Auparavant, le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, avait déclaré vendredi dans un entretien sur BFM TV que Noël Forgeard avait "une part de responsabilité" dans les difficultés actuelles d'EADS. Revenant plus généralement sur le cas des indemnités de départ accordées aux anciens PDG, il a déploré l'absence de contrôle moral et politique sur de tels niveaux de rémunération.

Blandine Hénault